International
01/01/2019
Nationale

Alberto Pérez : « Nous bataillons pour faire avancer le transport urbain !»

ALSA Maroc, spécialiste en matière de transport urbain, touristique, personnel et scolaire, vient récemment de mettre en circulation deux nouveaux bus panoramiques à vocation touristique animés par la technologie hybride dans la ville de Tanger. L’occasion pour Alberto Pérez, Directeur général de la filiale marocaine du transporteur espagnol de revenir plus en détail sur cette actualité et de lever un coin du voile sur quelques orientations stratégiques futures qui lui tiennent à cœur pour le développement de son groupe.


Challenge : Vous venez de mettre en service deux bus hybrides à Tanger, une première dans votre flotte de véhicules. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Alberto Pérez : ALSA est consciente du fait que l’activité de transport contribue à augmenter la pollution, surtout en milieu urbain. Quoique la contamination par passagers est beaucoup moindre dans le transport public que dans le reste des moyens de transport ; je pense plus particulièrement aux véhicules privés, aux taxis, aux motos, nous voulons apporter notre contribution à la réduction des émissions à effet de serre par l’introduction de technologies plus propres qui améliorent la qualité de l’air dans la ville où nous opérons des services en matière de transport urbain. C’est l’exemple que nous voulons suivre.


Vous opérez également dans d’autres régions du Royaume avec des bus électriques, notamment à Marrakech. Prévoyez-vous d’investir d’autres villes avec ce type de véhicules ?

Contrairement aux bus hybrides de Tanger, nous disposons à Marrakech d’une flotte de véhicules 100% électriques, en plus d’un transport touristique avec quatre bus à deux étages. Même si la technologie est différente, l’objectif est le même, à savoir améliorer la qualité de l’air dans la ville et réduire la pollution. Sachez qu’à Marrakech, nous exploitons depuis 2017 dix bus électriques qui circulent dans les couloirs affectés aux Bus à Haut Niveau de Services (BHNS ndlr) de l’Avenue Hassan II.


Des technologies qui présentent tout de même certaines contraintes, notamment l’électrique, en termes d’exploitation au quotidien ?

Les nouvelles technologies propres, qu’elles soient électriques, hybrides ou autres, ont beaucoup d’avantages. Nous les utilisons en mode de test afin de pouvoir bien comprendre leur fonctionnement en matière d’exploitation. Mais ces technologies ont encore beaucoup de contraintes opérationnelles qui les empêchent d’être généralisées pour l’ensemble du parc d’une ville. Je parle concrètement de l’autonomie des véhicules électriques qui ne réclame pas plus de neuf heures de service, sans parler de la durée de vie des batteries. Malgré ces contraintes, nous sommes convaincus que les technologies électriques ou hybrides constituent l’avenir du transport urbain.


Vous êtes depuis peu délégataire de la gestion du transport urbain au niveau de Rabat et de ses régions. De combien de bus disposez-vous pour mener à bien cette exploitation commerciale ? Qu’en est-il en termes de création d’emplois ?

Nous avons démarré le nouveau service de transport urbain de l’agglomération de Rabat, Salé et Temara le 21 août dernier. Initialement, nous avons commencé avec un parc de 150 véhicules, qui a augmenté jour après jour pour arriver à 255 bus en service actuellement et qui arrivera à 350 engins à la fin de ce mois. Au total, nous allons créer 1 750 emplois directs pour garantir correctement le déroulement du service. Malgré tous les problèmes associés à un démarrage si compliqué, vu la situation critique dans laquelle se trouvait l’ancien opérateur, nous sommes très satisfaits de la réaction des usagers et de l’appui reçu de la part des autorités de la ville et des élus. Nous sommes sûrs que cela a été un très bon démarrage et que, quoiqu’il reste beaucoup de choses encore à faire, nous avons pu garantir une transition douce entre l’ancien et le nouveau service, sans perturbations majeures.


ALSA a essuyé récemment des actes de vandalisme visant les bus. Comment gérez-vous cela ?

Le vandalisme est un mal qui détériore la qualité de service du transport urbain dans la plupart des villes marocaines. Le manque de civisme de quelques individus cause à leurs concitoyens une augmentation du temps d’attente dans les arrêts de bus, à cause de l’indisponibilité des véhicules endommagés pour réparation. C’est pour cela que nous avons équipé tous nos engins avec quatre caméras de sécurité qui enregistrent tout ce qui se passe à bord pendant toute la journée, pas seulement ceux de Rabat, mais toutes nos exploitations au Maroc. C’est d’ailleurs grâce à ces caméras de surveillance que nous avons pu mettre à la disposition de la police des éléments tangibles permettant d’identifier les responsables de ces actes de vandalisme. Même s’ils ne sont que des cas isolés, nous allons continuer à réagir de façon très ferme pour éviter que ces actes se répètent, au détriment des usagers.

Nationale

Logistique/ Transport : En pleine crise, le secteur souhaite des mesures au plus vite

La crise sanitaire actuelle a malmené les chaînes d’approvisionnement au niveau mondial, mettant en difficulté le secteur de la logistique et du transport que ce soit au niveau national ou international.

Source : Fnh.ma

Nationale

Transport touristique : Le plan de sauvetage

Les professionnels du transport touristique au Maroc dévoilent leur plaidoyer. L’appel lancé vise en effet l’élaboration d’un plan de sauvetage qui reconsidère la situation du secteur et limite l’impact de la crise sanitaire.

Source : Aujourdhui.ma

Internationale

Douane : quelles mesures prendre pour le transport transfrontalier

L’Organisation mondiale des douanes (OMD) et l’Union internationale des transports routiers (IRU) viennent de publier une déclaration conjointe. Celle-ci précise les mesures à prendre par les administrations douanières face aux conséquences de la COVID-19 sur le transport transfrontalier.

Source : Lematin.ma

Nationale

Le covoiturage, une activité durement impactée par la pandémie du Covid-19

La crise sanitaire et économique induite par le Covid-19 a impacté les activités et les investissements de tous les acteurs économiques nationaux, notamment les entrepreneurs et les auto-entrepreneurs qui souffrent le plus pour surmonter cette pente.

Source : maroc-diplomatique.net

Internationale

Pourquoi l'absorption des VE est menacée par le COVID-19

Neuf des plus grandes flottes européennes ont demandé à l'Union européenne de ne pas revenir sur les nouveaux objectifs en matière de dioxyde de carbone et sur les autres règles relatives aux émissions des voitures, des camionnettes et des camions à la suite de la crise COVID-19.

Source : Fleeteurope.com

Nationale

FRS se mobilise pour assurer le transport de marchandises

Alors que l’état d’urgence sanitaire a été décrété par le royaume du Maroc il y a un mois à présent, FRS a gardé opérationnelle la ligne Tanger- Med Algeciras afin de poursuivre l’acheminement du fret et l’approvisionnement des marchandises.

Source : Int.ma

Nationale

Covid 19/ Mobilité: Une personne par mobylette à Marrakech

Les propriétaires de motos sont désormais interdits de prendre un passager de plus. La propagation du coronavirus a incité le wali et gouverneur de Marrakech à prendre cette décision comme mesure de lutte contre le Covid 19, sachant que la ville compte plus de 200.000 mobylettes. Cette mesure d’interdiction concerne également les triporteurs.

Source : L'economiste

Nationale

Déconfinement : Les professionnels du transport touristique se préparent activement pour la reprise

La préparation de la reprise de l’activité s’accélère dans les différents secteurs de l’économie nationale. En ce qui concerne le secteur du transport touristique, les professionnels travaillent d’arrache-pied pour garantir les conditions de protection nécessaires à la clientèle.

Source : Challenge.ma

Internationale

L’impact du Covid-19 sur les réseaux ferrés africains

Une téléconférence consacrée à la thématique «Covid-19 : Impacts et adaptations des réseaux ferrés africains » a été organisée récemment par l’Office national des chemins de fer (ONCF), avec la participation de plus de 160 décideurs, hauts responsables, experts et chercheurs d’Asie, d’Europe et d’Afrique.

Source : Libe.ma

Nationale

Transports en commun : Casa Transports planche sur un plan de circulation

Casa Transports s’active pour l’élaboration du plan de circulation dans les zones d’influence des lignes de tram T3 et T4 et de Bus à haut niveau de service (BHNS) L5 et L6. L’étude de ce projet dont l’appel d’offres vient d’être lancé vise à réaliser un plan de circulation au niveau des zones d’influence des lignes du réseau Transport en commun en site propre (TCSP).

Source : aujourdhui.ma

Internationale

À quoi ressemblera le monde de l'après-Covid-19 pour l'industrie aéronautique

Les compagnies aériennes sont confrontées à une crise internationale sans précédent à la suite de la pandémie de coronavirus. L'Association internationale du transport aérien estime que l'industrie mondiale perdra 252 milliards de dollars en 2020.

Source : Scroll.in

Internationale

Transport routier en France: l'Etat joue sur les taxes

Afin de faciliter la poursuite de cette activité économique prioritaire, le Gouvernement a décidé de mettre en place deux nouvelles mesures spécifiques qui viennent s’ajouter ainsi aux mesures déjà applicables à l’ensemble des entreprises du secteur du transport routier.

Source : Transportissimo.com

Nationale

Lancement de PeeCoop : Application mobile de transports urbains de marchandises

Afin de faciliter et de fluidifier la livraison des colis et marchandises au Maroc, la société RED ANT lance PeeCoop application de mise en relation entre propriétaires de véhicules utilitaires (les peecoopers) et particuliers ou entreprises.

Source : Industries.ma

Nationale

Coronavirus: Le télétravail est un bon compromis juridique

Au vu des risques sanitaires aussi sur les salariés, «le télétravail demeure le meilleur compromis entre un employeur et ses employés. 

Source : L'economiste

Nationale

Circuits courts, digitalisation: les leçons du secteur logistique

Le secteur du transport et de la logistique évalue les dégâts causés par la crise sanitaire. Le bilan est lourd, en dépit des mesures prises par les professionnels pour juguler la crise à court terme. Quant aux perspectives d’avenir, elles dépendent des mesures qui seront prises à moyen terme pour asseoir ce secteur sur une base plus solide.

Source : Telquel.ma

Nationale

Casablanca: Nouveau plan de circulation à l’étude

Casa-Transport s’apprête à lancer une étude pour l’élaboration d’un nouveau plan de circulation à Casablanca. Il concernera la zone d’influence des futures lignes 3 et 4 de tramway et 5 et 6 en mode BHNS (bus à haut niveau de service). Un appel d’offres, dont l’ouverture des plis est prévue le 19 juin prochain, devra déterminer le bureau d’étude qui assurera les prestations.

Source : Leconomiste.ma

Nationale

Les principales mesures prises dans le monde pour lutter contre la propagation de Covid-19

Voici l’actualité des principales mesures prises dans le monde pour lutter contre la propagation de Covid-19:

Source : mapexpress.ma

Internationale

Les entreprises allemandes demandent que l'aide COVID-19 soit liée à l'action en faveur du climat

FRANCFORT (Reuters) - Des entreprises allemandes comme ThyssenKrupp, Salzgitter, Bayer, Covestro, E.ON, HeidelbergCement, Puma, Allianz et Deutsche Telekom ont demandé que les aides d'Etat liées au coronavirus soient liées à l'action en faveur du climat, rapporte le quotidien Handelsblatt.

Source : Reuters.com

Nationale

Coronavirus Maroc : A Safi, tous les véhicules de passage désinfectés

La commune rurale de Tlat Sidi Bouguedra mène depuis 15 jours une vaste opération de désinfection et de stérilisation des véhicules de passage de cette commune, et ce dans le cadre des efforts visant à enrayer la propagation du coronavirus (Covid-19).

Source : Laquotidienne.ma

Nationale

Confinement: La sécurité routière, le grand gagnant

Auprès de la DGSN, on indique que le nombre d’accidents de la circulation dans le périmètre urbain a enregistré une forte baisse entre le 20 mars et le 12 avril. Ils sont passés de 4.616 à 942. Pour ce qui est des morts, la DGSN a enregistré une baisse de 65% passant de 58 morts durant la même période en 2019 à 20 morts en 2020 pour la même période.

Source : L'economiste

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés