International
01/01/2019
Nationale

Ecosystème ferroviaire : un chantier d’envergure qui se fait attendre

L’écosystème est repositionné parmi les cinq priorités des imm début 2019. les doutes sur sa mise en place durant l’année en cours persistent. alstom montre une grosse envie de faire bouger les lignes.

Décidément, la naissance de l’écosystème ferroviaire s’annonce difficile. Depuis la signature, en 2011, d’une convention de partenariat industriel stratégique entre Alstom, le ministère de l’équipement et du transport et celui de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies, dans laquelle l’industriel s’engage à contribuer au développement d’un écosystème ferroviaire marocain, aucune avancée significative n’a été réalisée.

Le projet est demeuré comme gelé pendant près de 5 ans, jusqu’en février 2016 lorsque le Groupement des industries ferroviaires marocain (Gifer) a été créé. L’objectif renouvelé était la mise en place de cet écosystème, à l’instar de ceux aéronautique et automobile. Lors du Rail Industry Summit, tenu à Casablanca en novembre 2017, la signature officielle de la mise en chantier de l’écosystème avait été promise pour décembre 2017. Elle avait été reportée une première fois pour début 2018, puis pour fin 2018, pour qu’ensuite aucune annonce sérieuse n’en soit faite, si ce n’est que le projet était en cours de finalisation. C’est, d’ailleurs, la réponse laconique qui nous a été fournie par des sources au sein du ministère de l’industrie.

L’environnement paraît favorable

Les objectifs de l’écosystème ferroviaire sont définis par l’ONCF et par les ministères de tutelle (Equipement, Economie & Finance). Il s’agit de porter à 23% la contribution du secteur au PIB, participer activement au rééquilibrage de la balance commerciale par la mise en place des infrastructures nécessaires, créer 500 000 nouveaux emplois à l’horizon 2020. Il est également question de réaliser les objectifs du Plan Maroc Rail 2040, à savoir un réseau LGV de près de 1 500 kilomètres, environ 2 700 kilomètres de lignes classiques, d’ouvrir et d’équiper de nouvelles lignes, de renouveler le réseau existant sur près de 2 000 kilomètres et, enfin, de renforcer le réseau du tramway urbain sur les principales villes du Royaume.


Nourddine Rhalmi, PDG d’Alstom Maroc, ne cache pas son enthousiasme. Il a assuré à La Vie éco que «le Maroc est l’un des pionniers du transport par voie ferrée dans le continent africain». Il explique aussi que le Royaume, pour lancer son écosystème ferroviaire, peut compter sur un certain nombre d’atouts dont la stabilité politique, les succès économiques dans divers secteurs, l’existence d’un plan clair de développement et d’amélioration des infrastructures ferroviaires (le plan Maroc Rail 2040 de l’ONCF, de nombreux projets de tramway en cours et à venir…), le PAI, la position stratégique aux portes de l’Europe et une main-d’œuvre qualifiée et compétitive.En 2017, 38 millions de voyageurs ont choisi le train pour leurs déplacements, 30 millions de tonnes de marchandises ont été transportées et 6,3 milliards de DH d’investissements ont été réalisés par l’ONCF. En milieu urbain, le nombre de passagers du tramway de Casablanca, par exemple, est passé de 22 millions en 2013 à plus de 35 millions en 2017. «La ville a inauguré, en janvier 2019, sa 2e ligne de tramway, et lancé un appel d’offres pour la réalisation des lignes 3 et 4», explique Nourddine Rhalmi.

Les acteurs en présence doivent d’abord être plus soudés

A priori, toutes les conditions sont réunies pour qu’un écosystème ferroviaire ambitieux émerge. Alstom, Bombardier- jusqu’à l’annonce de son intention de céder son site marocain-, la Société chérifienne de matériel industriel et ferroviaire (SCIF) et les autres membres du GIFER ne semblent attendre que le montage du projet pour le présenter au grand jour, et élargir les frontières de leurs écosystèmes respectifs pour en créer un à l’échelle du pays. Celui d’Alstom a réalisé, en 2017, un chiffre d’affaires à l’export de 214 millions d’euros, avec un taux d’intégration locale de 20% (l’écosystème automobile, lui, est à 60%). Cependant, seuls 22 des 300 fournisseurs prospectés par le constructeur français ont été qualifiés aux normes ferroviaires internationales dans les domaines de la tôlerie fine, le câblage, l’électronique, l’ingénierie de signalisation ou les housses de sièges.

«L’acquisition à 100% de notre usine de câblage ferroviaire à Fès est également la consécration de notre stratégie de développement d’un tissu industriel ferroviaire local au service du Maroc et du monde», précise le PDG d’Alstom. Cette usine emploie plus de 370 personnes, assure leur formation sur place et livre, à partir de Fès, des équipements et solutions pour des projets partout dans le monde (Algérie, Sénégal, Suède, France, Dubai, Sydney). Bombardier, qui a décidé de céder ses actifs et est actuellement à la recherche d’un acquéreur, avait créé un écosystème aussi efficace que celui d’Alstom, avec un taux d’intégration de 30%.

Un bureau d’études industrielles, contacté par La Vie éco, a confié que la structuration d’un secteur industriel en écosystème permet de tirer profit des forces dont justifie ce dernier, tout en maîtrisant les faiblesses (rareté des ressources humaines qualifiées, nombre réduit de sous-traitants locaux, etc.). «Mais il est impératif d’adapter cette structuration à la taille du secteur. Laquelle est définie par le nombre d’acteurs présents et leur degré d’interactivité pour ce qui est des volumes commandés», nous précise-t-on auprès dudit bureau, arguant qu’«une croissance trop rapide, et la mise en place d’un écosystème alors même que les acteurs présents ne sont pas en osmose, puisque chacun n’est porté que sur son propre réseau de fournisseurs ou de sous-traitants, risquerait de faire échouer le projet».

Nationale

Transport touristique : Le plan de sauvetage

Les professionnels du transport touristique au Maroc dévoilent leur plaidoyer. L’appel lancé vise en effet l’élaboration d’un plan de sauvetage qui reconsidère la situation du secteur et limite l’impact de la crise sanitaire.

Source : Aujourdhui.ma

Internationale

Douane : quelles mesures prendre pour le transport transfrontalier

L’Organisation mondiale des douanes (OMD) et l’Union internationale des transports routiers (IRU) viennent de publier une déclaration conjointe. Celle-ci précise les mesures à prendre par les administrations douanières face aux conséquences de la COVID-19 sur le transport transfrontalier.

Source : Lematin.ma

Nationale

Le covoiturage, une activité durement impactée par la pandémie du Covid-19

La crise sanitaire et économique induite par le Covid-19 a impacté les activités et les investissements de tous les acteurs économiques nationaux, notamment les entrepreneurs et les auto-entrepreneurs qui souffrent le plus pour surmonter cette pente.

Source : maroc-diplomatique.net

Internationale

Pourquoi l'absorption des VE est menacée par le COVID-19

Neuf des plus grandes flottes européennes ont demandé à l'Union européenne de ne pas revenir sur les nouveaux objectifs en matière de dioxyde de carbone et sur les autres règles relatives aux émissions des voitures, des camionnettes et des camions à la suite de la crise COVID-19.

Source : Fleeteurope.com

Nationale

FRS se mobilise pour assurer le transport de marchandises

Alors que l’état d’urgence sanitaire a été décrété par le royaume du Maroc il y a un mois à présent, FRS a gardé opérationnelle la ligne Tanger- Med Algeciras afin de poursuivre l’acheminement du fret et l’approvisionnement des marchandises.

Source : Int.ma

Nationale

Covid 19/ Mobilité: Une personne par mobylette à Marrakech

Les propriétaires de motos sont désormais interdits de prendre un passager de plus. La propagation du coronavirus a incité le wali et gouverneur de Marrakech à prendre cette décision comme mesure de lutte contre le Covid 19, sachant que la ville compte plus de 200.000 mobylettes. Cette mesure d’interdiction concerne également les triporteurs.

Source : L'economiste

Nationale

Tramway Rabat-Salé: Un nouveau plan de transport en place dès mardi

Suite à la déclaration de l’état d’urgence sanitaire au Maroc, la société de Tramway Rabat-Salé a décidé de réduire l’amplitude des services et des fréquences de passage de ses rames.

Source : Lematin.ma

Internationale

L’impact du Covid-19 sur les réseaux ferrés africains

Une téléconférence consacrée à la thématique «Covid-19 : Impacts et adaptations des réseaux ferrés africains » a été organisée récemment par l’Office national des chemins de fer (ONCF), avec la participation de plus de 160 décideurs, hauts responsables, experts et chercheurs d’Asie, d’Europe et d’Afrique.

Source : Libe.ma

Nationale

Transports en commun : Casa Transports planche sur un plan de circulation

Casa Transports s’active pour l’élaboration du plan de circulation dans les zones d’influence des lignes de tram T3 et T4 et de Bus à haut niveau de service (BHNS) L5 et L6. L’étude de ce projet dont l’appel d’offres vient d’être lancé vise à réaliser un plan de circulation au niveau des zones d’influence des lignes du réseau Transport en commun en site propre (TCSP).

Source : aujourdhui.ma

Internationale

À quoi ressemblera le monde de l'après-Covid-19 pour l'industrie aéronautique

Les compagnies aériennes sont confrontées à une crise internationale sans précédent à la suite de la pandémie de coronavirus. L'Association internationale du transport aérien estime que l'industrie mondiale perdra 252 milliards de dollars en 2020.

Source : Scroll.in

Internationale

Transport routier en France: l'Etat joue sur les taxes

Afin de faciliter la poursuite de cette activité économique prioritaire, le Gouvernement a décidé de mettre en place deux nouvelles mesures spécifiques qui viennent s’ajouter ainsi aux mesures déjà applicables à l’ensemble des entreprises du secteur du transport routier.

Source : Transportissimo.com

Nationale

Lancement de PeeCoop : Application mobile de transports urbains de marchandises

Afin de faciliter et de fluidifier la livraison des colis et marchandises au Maroc, la société RED ANT lance PeeCoop application de mise en relation entre propriétaires de véhicules utilitaires (les peecoopers) et particuliers ou entreprises.

Source : Industries.ma

Nationale

Coronavirus: Le télétravail est un bon compromis juridique

Au vu des risques sanitaires aussi sur les salariés, «le télétravail demeure le meilleur compromis entre un employeur et ses employés. 

Source : L'economiste

Nationale

Transport du personnel : voici les conditions à respecter

Les déplacements pour des raisons liées au travail, prouvés par des documents délivrés par les établissements publics et privés sont exclus de la décision d’interdire l’utilisation des transports privés ou collectifs entre les villes. C’est ce qu’a indiqué le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie Verte et Numérique.

Source : Lematin.ma

Nationale

Casablanca: Nouveau plan de circulation à l’étude

Casa-Transport s’apprête à lancer une étude pour l’élaboration d’un nouveau plan de circulation à Casablanca. Il concernera la zone d’influence des futures lignes 3 et 4 de tramway et 5 et 6 en mode BHNS (bus à haut niveau de service). Un appel d’offres, dont l’ouverture des plis est prévue le 19 juin prochain, devra déterminer le bureau d’étude qui assurera les prestations.

Source : Leconomiste.ma

Nationale

Les principales mesures prises dans le monde pour lutter contre la propagation de Covid-19

Voici l’actualité des principales mesures prises dans le monde pour lutter contre la propagation de Covid-19:

Source : mapexpress.ma

Internationale

Les entreprises allemandes demandent que l'aide COVID-19 soit liée à l'action en faveur du climat

FRANCFORT (Reuters) - Des entreprises allemandes comme ThyssenKrupp, Salzgitter, Bayer, Covestro, E.ON, HeidelbergCement, Puma, Allianz et Deutsche Telekom ont demandé que les aides d'Etat liées au coronavirus soient liées à l'action en faveur du climat, rapporte le quotidien Handelsblatt.

Source : Reuters.com

Nationale

Coronavirus Maroc : A Safi, tous les véhicules de passage désinfectés

La commune rurale de Tlat Sidi Bouguedra mène depuis 15 jours une vaste opération de désinfection et de stérilisation des véhicules de passage de cette commune, et ce dans le cadre des efforts visant à enrayer la propagation du coronavirus (Covid-19).

Source : Laquotidienne.ma

Nationale

Confinement: La sécurité routière, le grand gagnant

Auprès de la DGSN, on indique que le nombre d’accidents de la circulation dans le périmètre urbain a enregistré une forte baisse entre le 20 mars et le 12 avril. Ils sont passés de 4.616 à 942. Pour ce qui est des morts, la DGSN a enregistré une baisse de 65% passant de 58 morts durant la même période en 2019 à 20 morts en 2020 pour la même période.

Source : L'economiste

Nationale

Suspension des trains de ligne à partir d’aujourd’hui à 23 h 59, service minimum assuré par les trains de proximité

L’Office national des chemins de fer (ONCF) annonce, samedi, que tous les trains de ligne seront suspendus à partir de ce lundi à 23 h 59, conformément aux instructions des autorités après la déclaration de «l’état d’urgence sanitaire» et l’interdiction du voyage inter-villes via le transport public, comme moyen de garder le coronavirus (Covid-19) sous contrôle.

Source : Lematin.ma

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés