International
01/01/2019
Nationale

Entretien avec Alberto Pérez, directeur Général Alsa Maroc

Vingt ans de mobilité urbaine et citoyenne, plus de 2.000 bus en service, 300 millions d’usagers par an, déploiement dans 6 villes du Royaume, une équipe de plus de 8.500 professionnels… Alsa s’assigne pour mission d’offrir au citoyen un service de transport sécurisé, confortable et répondant à ses besoins en termes de trajet, durée du voyage et fréquence. Tout ceci avec des tarifs abordables. Après un démarrage réussi à Marrakech, en 1999, le leader du transport urbain s’est installé dans 5 autres villes avec l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc. Le point avec Alberto Pérez, directeur général Alsa Maroc.


Le Matin : Vingt ans d’existence au Maroc depuis votre première implantation à Marrakech. Quelles sont les principaux points à retenir en guise de bilan ?


Alberto Pérez : Nous sommes très contents de notre évolution au Maroc depuis 1999 et nous considérons que le Maroc offre un grand potentiel pour un groupe comme le nôtre. Nous offrons des services de transport réalisés par des Marocains et pour les Marocains. Nous avons investi 2,2 milliards de dirhams, créé 7.000 emplois direct et nous transportons chaque année 300 millions d’usagers. Je pense que quand une société crée de la valeur pour ses clients, ses employés et pour ses actionnaires, et toujours avec une perspective de long terme, les projets réussissent toujours. C’est la formule de notre succès.


Vous êtes présents actuellement dans six villes marocaines. Avez-vous des ambitions pour une implantation dans d’autres régions du Royaume ?


Nous avons l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc à travers la valeur ajoutée de nos services. Si nous trouvons des opportunités dans le domaine du transport urbain ou d’autres, où notre expertise peut faire la différence, bien sûr on sera disposé à analyser de nouvelles opportunités. Par contre, après 10 ans de crise de transport, en 2019 nous avons démarré le service de transport urbain à Rabat et Casablanca avec seulement 45 jours de décalage entre les deux, et je peux vous assurer que nous sommes conscients du défi et la responsabilité que ça représente pour nous. Le Maroc nous a fait confiance au moment de nous donner cette responsabilité, et nous sommes concentrés à 100% sur la remise à niveau du service de transport des deux villes. Nous n’allons pas trahir cette confiance en dispersant nos ressources, équipes et efforts dans d’autres projets avant de réussir notre mission à Rabat et Casablanca.


Bientôt une année depuis la signature du contrat de gestion déléguée de transport collectif urbain à Casablanca. Où en êtes-vous dans votre processus d’implémentation ?


La transition du modèle de transport de Casablanca avait une complexité énorme et il fallait le faire dans un temps record, et on a pu réussir dans cette première phase grâce à la coopération étroite avec l’autorité locale et l’ECI. Le plan est bien défini et nous avançons conformément au plan. Pendant la première année d’opération, notre objectif était la stabilisation d’un service qui était en chute libre et je vois comment les Casablancais commencent à sentir la différence. Mais nous sommes encore très loin des objectifs. En 2021, le système de transport urbain de Casablanca va expérimenter un grand changement. Nouveaux bus à haute qualité, nouveau réseau de transport pour améliorer l’accessibilité de tous les quartiers, interopérabilité avec le tramway, nouvelles technologies, etc.


Où en êtes-vous dans le projet d’interopérabilité bus/tram que vous avez lancé à Rabat, et comptez-vous le déployer également à Casablanca ?


Tout d’abord, il faut savoir que Alsa ne décide pas de la stratégie de transport de la ville de Casablanca. C’est l’Autorité délégante, l’ECI, qui établit les priorités, définit les objectifs et déploie les ressources pour la concrétisation du projet. Alsa n’est que l’exécutant de la mission qui nous a été confiée à travers le contrat de gestion déléguée, quoique nous mettions à la disposition du Délégant notre expertise pour l’aider à définir cette stratégie. En ce qui concerne l’interopérabilité entre le bus et le tramway, elle est prévue dans notre contrat et elle sera opérationnelle une fois que le nouveau système de billettique sera opérationnel.


Vous êtes appelé à coordonner avec les autorités locales pour servir au mieux les communautés. Comment cela se passe-t-il ?


Nous sommes fiers de pouvoir avoir de relations très solides avec les autorités dans les différentes villes où nous opérons. Des relations de confiance, d’engagements, transparents et responsables entre l’Autorité et le délégataire sont essentielles pour pouvoir transformer la mobilité des villes.


Vous avez eu à gérer des incidents de vandalisme dans certains de vos bus. Avez-vous une stratégie dans le sens d’une sensibilisation des citoyens ? Travaillez-vous avec les associations locales sur ce volet ?


Le phénomène du vandalisme est un problème au niveau national qui demande, à mon avis, une sensibilisation de la population pour faire comprendre aux gens que le transport public est un bien commun et que quand ils cassent la vitre d’un bus, ils vont empêcher que d’autres personnes puissent aller au travail ou à l’université le lendemain. Nous sommes en train de travailler avec des associations des quartiers pour pouvoir approcher surtout la population la plus jeune pour entamer un débat sur l’importance et le rôle du transport économique et sociale d’une ville. C’est un travail de longue haleine, car il y a des problèmes structurels qui ne peuvent être résolus aussi vite qu’on l’aimerait.

Nationale

Réduction des GES dans le secteur des transports: Signature du contrat d’exécution du projet de coopération TraCS Maroc

Financé dans le cadre de l’Initiative internationale sur le climat (IKI), par le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, le projet TraCS «Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries» soutient l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays : le Maroc, le Vietnam et le Kenya.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport et logistique : La crise sanitaire, un vecteur de changement

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Entretien avec Alberto Pérez, directeur Général Alsa Maroc

Après un démarrage réussi à Marrakech, en 1999, le leader du transport urbain s’est installé dans 5 autres villes avec l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc. Le point avec Alberto Pérez, directeur général Alsa Maroc.

lematin.ma

Nationale

Agadir : les bus à haut niveau de service seront bientôt une réalité

La première ligne de bus à haut niveau de service est entrée dans la phase finale de sa concrétisation au niveau du secteur prioritaire.

Source : Les ecos

Nationale

Hicham Mellakh : «Il faudrait accélérer l’élaboration du contrat programme du secteur du transport»

Entretien avec Hicham Mellakh, président de la Commission compétitivité logistique et énergétique : "Il est clair que les moments de crise dévoilent les faiblesses. Les enseignements tirés de la pandémie de la Covid-19 vont certainement nous pousser à revoir nos démarches et nos agissements pour renforcer le secteur et le rendre plus résilient".

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport routier de marchandises : Les professionnels se rebiffent contre le gouvernement

La crise sanitaire, qui a engendré des restrictions sur la mobilité, a fortement le secteur du transport routier de marchandises. Plusieurs syndicats ont signifié leur mécontentement en laissant planer un mouvement de grève pour mettre en lumière la dégradation de leur situation économique et aussi le non-respect de la part du gouvernement de nombreux engagements qu’il a pris depuis octobre 2018.

fnh.ma

Nationale

Agence nationale de la sécurité routière : 2020, une première année fort studieuse !

Après la mise en place d’un plan d’action pour la reprise de l’activité des établissements qu’elle supervise, l’Agence nationale de la sécurité routière a tenu son deuxième conseil d’administration. Zoom sur ses grandes priorités.

Source : Les ecos

Nationale

Chichaoua : Le Conseil provincial approuve une convention pour la construction de pistes

Le Conseil provincial de Chichaoua, réuni en session extraordinaire, a approuvé une convention de partenariat relative à la construction et à l’aménagement de pistes dans 15 collectivités territoriales de la province.

Source : Le matin

Internationale

«Innovation Toolbox», un outil digital pour une transformation accélérée des transports

Durant la Semaine de l’innovation, une nouvelle boîte à outils numérique «Innovation Toolbox» a été lancée par l’Agence internationale des énergies renouvelables. Cet outil renferme 30 innovations dans les technologies émergentes, les modèles commerciaux et l’étude de marché. Cet événement virtuel a été consacré au secteur des transports.

lematin.ma

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés