International
01/01/2019
Internationale

Industrie, transports, recherche: le gouvernement détaille son plan hydrogène

Industrie, transports lourds et recherche: le gouvernement a détaillé mardi son plan de 7 milliards d'euros sur dix ans pour développer à grande échelle l'hydrogène, qui peut servir à rendre plus "propres" certaines activités.


"L'hydrogène est une opportunité stratégique pour massifier et accélérer la décarbonation des secteurs et des activités les plus difficiles à décarboner, en particulier dans l'industrie et le transport", a souligné la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.


Elle a détaillé avec le ministre de l'Economie Bruno Le Maire les intentions du gouvernement, qui avait déjà annoncé prévoir sur ce sujet deux milliards d'euros en 2021-2022, dans le cadre du plan de relance d'un total de 100 milliards d'euros. Les quelque cinq milliards d'euros restants promis pour l'hydrogène seront alloués dans un deuxième temps.


La première priorité du gouvernement sera de décarboner les usages industriels, alors que de nombreux secteurs (raffinage, chimie, électronique, agroalimentaire...) utilisent aujourd'hui un hydrogène d'origine fossile, produit avec des procédés fortement émetteurs de gaz à effet de serre.

L'hydrogène peut devenir "propre" en étant notamment produit par électrolyse de l'eau, à condition d'utiliser une électricité issue de sources renouvelables ou à tout le moins faiblement carbonées.

- renouvelables et nucléaire -


La France compte ainsi utiliser son électricité, qui repose aujourd'hui largement sur le nucléaire, un choix contesté par certains défenseurs de l'environnement qui voudraient que l'hydrogène soit produit uniquement par des renouvelables. Les Amis de la Terre ont ainsi dénoncé une entreprise de "greenwashing".


"Nous avons une électricité aujourd'hui qui est composée en grande partie de nucléaire et un peu moins de renouvelables - on est en train de rétablir l'équilibre - et donc l'hydrogène décarboné utilisera ces deux technologies", a admis Mme Pompili.

"Bien évidemment nous souhaitons que la montée en puissance des énergies renouvelables prenne le plus possible et le plus vite possible le pas pour qu'on ait un hydrogène qui soit absolument vert très vite", a-t-elle ajouté.


Le gouvernement se fixe un objectif de 6,5 gigawatts d'électrolyseurs installés en 2030, a-t-il indiqué.

Il doit mettre en place un mécanisme de soutien à l'hydrogène produit par électrolyse de l'eau - encore très cher - par appel d'offres et complément de rémunération, à partir de 2022.

La deuxième priorité sera de développer une offre de mobilités "lourdes", c'est-à-dire pour des camions, des trains en zone non-électrifiée, voire l'avion. "Il faut qu'en 2035 nous ayons réussi à avoir un avion (...) neutre en carbone, et l'hydrogène est probablement l'option la plus prometteuse", a estimé M. Le Maire.


Le moteur à hydrogène n'émet pas de pollution puisqu'il ne produit que de la vapeur d'eau.

Au total le gouvernement vise 6 millions de tonnes de CO2 économisées en 2030.

- contreparties -


Le dernier volet du plan porte sur la recherche, l'innovation et le développement des compétences. L'objectif est de générer entre 50.000 et 150.000 emplois directs et indirects en France.

"Oui, nous demanderons des contreparties aux industriels et aux entreprises. Nous n'aidons pas pour rien, nous aidons pour qu'il y ait des emplois, des usines, de la relocalisation industrielle....", a insisté M. Le Maire, qui s'exprimait devant les professionnels du secteur.


Le gouvernement a aussi mis l'accent sur la dimension européenne - et plus spécifiquement franco-allemande - du plan. L'Allemagne avait déjà annoncé son propre plan de 9 milliards consacré à cette technologie.

Du côté des industriels, le plan a été accueilli avec une "satisfaction pleine et entière".

"Le changement d'échelle est engagé, on passe des millions aux milliards", s'est félicité Philippe Boucly, le président de l'Association française pour l'hydrogène et les piles à combustible (Afhypac), qui accueillait les annonces du gouvernement mardi matin.

Nationale

Réduction des GES dans le secteur des transports: Signature du contrat d’exécution du projet de coopération TraCS Maroc

Financé dans le cadre de l’Initiative internationale sur le climat (IKI), par le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, le projet TraCS «Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries» soutient l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays : le Maroc, le Vietnam et le Kenya.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport et logistique : La crise sanitaire, un vecteur de changement

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Entretien avec Alberto Pérez, directeur Général Alsa Maroc

Après un démarrage réussi à Marrakech, en 1999, le leader du transport urbain s’est installé dans 5 autres villes avec l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc. Le point avec Alberto Pérez, directeur général Alsa Maroc.

lematin.ma

Nationale

Agadir : les bus à haut niveau de service seront bientôt une réalité

La première ligne de bus à haut niveau de service est entrée dans la phase finale de sa concrétisation au niveau du secteur prioritaire.

Source : Les ecos

Nationale

Hicham Mellakh : «Il faudrait accélérer l’élaboration du contrat programme du secteur du transport»

Entretien avec Hicham Mellakh, président de la Commission compétitivité logistique et énergétique : "Il est clair que les moments de crise dévoilent les faiblesses. Les enseignements tirés de la pandémie de la Covid-19 vont certainement nous pousser à revoir nos démarches et nos agissements pour renforcer le secteur et le rendre plus résilient".

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport routier de marchandises : Les professionnels se rebiffent contre le gouvernement

La crise sanitaire, qui a engendré des restrictions sur la mobilité, a fortement le secteur du transport routier de marchandises. Plusieurs syndicats ont signifié leur mécontentement en laissant planer un mouvement de grève pour mettre en lumière la dégradation de leur situation économique et aussi le non-respect de la part du gouvernement de nombreux engagements qu’il a pris depuis octobre 2018.

fnh.ma

Nationale

Agence nationale de la sécurité routière : 2020, une première année fort studieuse !

Après la mise en place d’un plan d’action pour la reprise de l’activité des établissements qu’elle supervise, l’Agence nationale de la sécurité routière a tenu son deuxième conseil d’administration. Zoom sur ses grandes priorités.

Source : Les ecos

Nationale

Chichaoua : Le Conseil provincial approuve une convention pour la construction de pistes

Le Conseil provincial de Chichaoua, réuni en session extraordinaire, a approuvé une convention de partenariat relative à la construction et à l’aménagement de pistes dans 15 collectivités territoriales de la province.

Source : Le matin

Internationale

«Innovation Toolbox», un outil digital pour une transformation accélérée des transports

Durant la Semaine de l’innovation, une nouvelle boîte à outils numérique «Innovation Toolbox» a été lancée par l’Agence internationale des énergies renouvelables. Cet outil renferme 30 innovations dans les technologies émergentes, les modèles commerciaux et l’étude de marché. Cet événement virtuel a été consacré au secteur des transports.

lematin.ma

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés