International
01/01/2019
Nationale

Les accidents de la route, ou l’erreur qui coûte cher

Rabat – Les accidents de la route constituent un phénomène sociétal persistant aggravé notamment par le manque du respect des règles de conduire ou encore l’erreur humaine qui engendre des conséquences “irréversibles” sur la vie des usagers, d’où la nécessité impérieuse d’accentuer les efforts de sensibilisation au coût cher de ce phénomène.


Ainsi, la célébration de la Journée nationale de la sécurité routière, le 18 février de chaque année, constitue une occasion pour alerter sur l’importance de la vigilance sur la route, en respectant le code de la route, qui n’est autre qu’un ensemble de règles destinées à rappeler aux usagers de la route qu’elle n’est pas “une arène de course où tout est permis”.


Selon le ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, qui présentait des statistiques provisoires lors de la réunion annuelle du comité permanent de la sécurité routière (CPSR) tenue récemment à Rabat, le nombre des accidents mortels a baissé de 1,83% au cours de l’année 2019.


Par ailleurs, 3010 accidents mortels ont été recensés l’an dernier dans lesquels 3.384 personnes sont décédées, en baisse de 2,9%, alors que 8.417 blessés graves ont été enregistrés pendant la même période (-3,53%).


Malgré cette baisse, il est important de se mobiliser davantage pour circonscrire ce fléau et réaliser les objectifs de la stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026 qui vise à réduire de 25% le nombre de morts dans les accidents de circulation à l’horizon 2021 et de 50% à l’horizon 2026, et insiste de ce fait sur la gravité de l’erreur humaine dans les accidents, une relation de cause à effet, qui s’intègre clairement dans l’étiologie de l’hécatombe routière.


“Les accidents de la route peuvent entraîner des coûts économiques considérables qui ne sont tout de même que la partie visible de l’iceberg”, indique à la MAP, Siham Ikhmim, professeur agrégée des sciences économiques et juridiques.


En effet, les coûts variables des soins selon la gravité de l’accident et le besoin du conducteur à des médicaments et du temps nécessaire pour se rétablir physiquement et mentalement, sont les premiers coûts à prendre en charge par la société qui doit de même supporter le lourd fardeau des décès et des blessures, poursuit-elle.


S’ajoute à cela, des coûts des prestations de la sécurité sociale qui sont complémentaires et conséquents pour les entreprises et l’État, et la rémunération des accidentés par le biais des assurances, pouvant susciter des coûts de primes plus élevés.


Pour l’enseignante-chercheuse à l’Université Hassan II de Mohammedia, sans des mesures appropriées à long terme, les accidents de la route risquent de représenter des facteurs majeurs de pauvreté des familles et devenir le principal contributeur à la charge mondiale de morbidité.


En définitive, les accidents de circulation routière dans le Maroc constituent un problème de santé publique majeur sans être négligé, qui a de lourdes conséquences en termes de mortalité et de morbidité et entraîne des coûts sociaux et économiques considérables qui sont évitables par la prévention, en la présence des moyens efficaces et bien connus de tous.

Nationale

Réduction des GES dans le secteur des transports: Signature du contrat d’exécution du projet de coopération TraCS Maroc

Financé dans le cadre de l’Initiative internationale sur le climat (IKI), par le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, le projet TraCS «Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries» soutient l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays : le Maroc, le Vietnam et le Kenya.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport et logistique : La crise sanitaire, un vecteur de changement

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Entretien avec Alberto Pérez, directeur Général Alsa Maroc

Après un démarrage réussi à Marrakech, en 1999, le leader du transport urbain s’est installé dans 5 autres villes avec l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc. Le point avec Alberto Pérez, directeur général Alsa Maroc.

lematin.ma

Nationale

Agadir : les bus à haut niveau de service seront bientôt une réalité

La première ligne de bus à haut niveau de service est entrée dans la phase finale de sa concrétisation au niveau du secteur prioritaire.

Source : Les ecos

Nationale

Hicham Mellakh : «Il faudrait accélérer l’élaboration du contrat programme du secteur du transport»

Entretien avec Hicham Mellakh, président de la Commission compétitivité logistique et énergétique : "Il est clair que les moments de crise dévoilent les faiblesses. Les enseignements tirés de la pandémie de la Covid-19 vont certainement nous pousser à revoir nos démarches et nos agissements pour renforcer le secteur et le rendre plus résilient".

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport routier de marchandises : Les professionnels se rebiffent contre le gouvernement

La crise sanitaire, qui a engendré des restrictions sur la mobilité, a fortement le secteur du transport routier de marchandises. Plusieurs syndicats ont signifié leur mécontentement en laissant planer un mouvement de grève pour mettre en lumière la dégradation de leur situation économique et aussi le non-respect de la part du gouvernement de nombreux engagements qu’il a pris depuis octobre 2018.

fnh.ma

Nationale

Agence nationale de la sécurité routière : 2020, une première année fort studieuse !

Après la mise en place d’un plan d’action pour la reprise de l’activité des établissements qu’elle supervise, l’Agence nationale de la sécurité routière a tenu son deuxième conseil d’administration. Zoom sur ses grandes priorités.

Source : Les ecos

Nationale

Chichaoua : Le Conseil provincial approuve une convention pour la construction de pistes

Le Conseil provincial de Chichaoua, réuni en session extraordinaire, a approuvé une convention de partenariat relative à la construction et à l’aménagement de pistes dans 15 collectivités territoriales de la province.

Source : Le matin

Internationale

«Innovation Toolbox», un outil digital pour une transformation accélérée des transports

Durant la Semaine de l’innovation, une nouvelle boîte à outils numérique «Innovation Toolbox» a été lancée par l’Agence internationale des énergies renouvelables. Cet outil renferme 30 innovations dans les technologies émergentes, les modèles commerciaux et l’étude de marché. Cet événement virtuel a été consacré au secteur des transports.

lematin.ma

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés