International
01/01/2019
Nationale

Les taxis à l’ère de la révolution numérique

La province de Kénitra a procédé, lors de la cérémonie de lancement des permis de confiances biométriques, à la signature d’une convention avec l’OFPPT portant sur la formation et la qualification des nouveaux chauffeurs de taxi de la province, à travers un programme incluant l’utilisation du GPS et des nouvelles technologies de l’information.


C’est un grand pas dans le domaine du transport public. La province de Kénitra va établir le système des permis de confiance biométriques pour l’ensemble des chauffeurs de taxis, toutes catégories confondues. Cette nouvelle démarche s’inscrit dans le cadre d’un plan de restructuration du secteur des taxis visant la généralisation du permis de confiance dans les milieux urbain et rural de la province, la simplification et la fluidification du pointage des chauffeurs de taxis et la mise en place d’une formation de qualité en faveur des nouveaux chauffeurs, afin qu’ils maîtrisent les nouvelles technologies et la règlementation régissant le secteur des transports publics.


À cet égard, la province de Kénitra a procédé, lors de la cérémonie de lancement des permis de confiances biométriques, à la signature d’une convention avec l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT). La directrice régionale par intérim de la région nord-ouest de l’OFPPT, Ouafaa Hasnaoui, a souligné, à cet effet, que cette convention est en phase avec la forte dynamique que connaît le secteur de la formation professionnelle. Elle n’a pas manqué de rappeler que la direction régionale de l’OFPPT a accumulé une grande expérience en la matière avec la formation de plus de 10.000 bénéficiaires dans les villes de Rabat, Salé et Témara, ce qui lui a permis d’améliorer le contenu de la formation. Et ce en vue de l’adapter aux besoins des bénéficiaires et, par conséquent, faciliter leur prédisposition à l’emploi et leur intégration dans le marché du travail. Le chef de la Division des affaires économiques et de la coordination à la province de Kénitra, Adil El Khoutabi, a expliqué, dans son exposé, que le projet se décline en cinq étapes, à savoir la restructuration du bureau des transports, la généralisation du contrat-modèle relatif aux professionnels, le renouvellement du parc, la gestion digitale de l’opération de pointage, ainsi que la réorganisation des stations de taxis. Ce nouveau document numérisé, a-t-il ajouté, sera mis à la disposition de l’ensemble des chauffeurs au niveau des centres urbains et des centres ruraux, avec une obligation de pointage quotidien. Selon lui, la signature de la convention de formation et de qualification des nouveaux chauffeurs de taxi de la province permettra de leur offrir un programme de formation de qualité, notamment en ce qui concerne les nouveautés dans ce secteur, dont l’utilisation du GPS et des nouvelles technologies, ainsi que la gestion du stress et la sensibilisation à la réglementation en vigueur. Il est à noter que la province de Kénitra compte au total 1.671 agréments de taxi, dont 905 de première catégorie et 766 de deuxième catégorie, avec 17 points de départ et environ 7.000 chauffeurs. La modernisation du secteur des taxis assurera inéluctablement l’amélioration de la qualité des prestations assurées à la clientèle.


Aziz, un jeune chauffeur de petit taxi, a accueilli favorablement l’avènement du permis de confiance biométrique. Jeune diplômé, il considère que cette nouvelle initiative mettra de l’ordre dans ce secteur et réduira de manière très sensible les contraintes quotidiennes auxquelles se heurtaient les chauffeurs de taxi. Épousant les valeurs de son temps, il souligne qu’«à l’ère du numérique, nous n’avons plus besoin de nous présenter aux bureaux de pointage. Cette procédure s’effectuera de manière automatique, grâce aux bornes de pointage reliées à un serveur et une base de données centralisée. C’est un gain de temps très appréciable».

Nationale

Réduction des GES dans le secteur des transports: Signature du contrat d’exécution du projet de coopération TraCS Maroc

Financé dans le cadre de l’Initiative internationale sur le climat (IKI), par le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, le projet TraCS «Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries» soutient l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays : le Maroc, le Vietnam et le Kenya.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport et logistique : La crise sanitaire, un vecteur de changement

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Entretien avec Alberto Pérez, directeur Général Alsa Maroc

Après un démarrage réussi à Marrakech, en 1999, le leader du transport urbain s’est installé dans 5 autres villes avec l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc. Le point avec Alberto Pérez, directeur général Alsa Maroc.

lematin.ma

Nationale

Agadir : les bus à haut niveau de service seront bientôt une réalité

La première ligne de bus à haut niveau de service est entrée dans la phase finale de sa concrétisation au niveau du secteur prioritaire.

Source : Les ecos

Nationale

Hicham Mellakh : «Il faudrait accélérer l’élaboration du contrat programme du secteur du transport»

Entretien avec Hicham Mellakh, président de la Commission compétitivité logistique et énergétique : "Il est clair que les moments de crise dévoilent les faiblesses. Les enseignements tirés de la pandémie de la Covid-19 vont certainement nous pousser à revoir nos démarches et nos agissements pour renforcer le secteur et le rendre plus résilient".

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport routier de marchandises : Les professionnels se rebiffent contre le gouvernement

La crise sanitaire, qui a engendré des restrictions sur la mobilité, a fortement le secteur du transport routier de marchandises. Plusieurs syndicats ont signifié leur mécontentement en laissant planer un mouvement de grève pour mettre en lumière la dégradation de leur situation économique et aussi le non-respect de la part du gouvernement de nombreux engagements qu’il a pris depuis octobre 2018.

fnh.ma

Nationale

Agence nationale de la sécurité routière : 2020, une première année fort studieuse !

Après la mise en place d’un plan d’action pour la reprise de l’activité des établissements qu’elle supervise, l’Agence nationale de la sécurité routière a tenu son deuxième conseil d’administration. Zoom sur ses grandes priorités.

Source : Les ecos

Nationale

Chichaoua : Le Conseil provincial approuve une convention pour la construction de pistes

Le Conseil provincial de Chichaoua, réuni en session extraordinaire, a approuvé une convention de partenariat relative à la construction et à l’aménagement de pistes dans 15 collectivités territoriales de la province.

Source : Le matin

Internationale

«Innovation Toolbox», un outil digital pour une transformation accélérée des transports

Durant la Semaine de l’innovation, une nouvelle boîte à outils numérique «Innovation Toolbox» a été lancée par l’Agence internationale des énergies renouvelables. Cet outil renferme 30 innovations dans les technologies émergentes, les modèles commerciaux et l’étude de marché. Cet événement virtuel a été consacré au secteur des transports.

lematin.ma

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés