International
01/01/2019
Nationale

Marrakech se prépare à revoir son réseau de transport urbain et périurbain

Ses contrats d’exploitation arrivent bientôt à échéance

Le Grand Marrakech s’apprête à réorganiser son réseau de transports. Et pour cause : les contrats d’exploitation urbaine et périurbaine arriveront bientôt à échéance. Ainsi, le contrat de concession du transport urbain en cours prendra fin en juin 2020 alors que les contrats de concession du transport périurbain actuels arriveront à terme en juin 2021. Partant de là, la métropole planche sur la «restructuration du réseau du transport collectif» à l’enceinte du territoire du Grand Marrakech. Avec ses 800.000 habitants et ses arrivées touristiques en croissance, la ville de Marrakech concentre un nombre important de déplacements urbains et périurbains nécessitant un réseau de transport renforcé et mieux structuré. 


Pour y parvenir, Bus City Motajadida, la société de développement local, a été chargée par le Conseil de la ville de Marrakech de construire et d’exploiter un réseau exhaustif de transport public urbain et périurbain.


Tracer une stratégie pour le réseau de transport collectif

Pour la société Bus City, «l’obligation de développer le réseau de transport en commun représentant actuellement environ 5% des modes de déplacements urbains à Marrakech est un contrat partagé par tous». L’objectif étant de faire un diagnostic des réseaux de transports collectifs actuels et de la modélisation de la demande ainsi que la définition d’une stratégie de restructuration du réseau de transport collectif. De même, il sera question d’élaborer des scénarios pour les différents modes de transports (bus, taxis et lignes de BHNS).


Tiré des recommandations du plan de développement urbain développé en 2009, le réseau de transport de la ville a été conçu pour promouvoir Marrakech, assurer aux citoyens et aux résidents marrakchis des facteurs de mobilité leur permettant d’emprunter les moyens de transport mis à leur disposition en toute simplicité, sécurité, rapidité et au moindre coût.


Doter la ville d’atouts compétitifs

Dans ce cens, ce plan de développement urbain (PDU) vise à améliorer la mobilité dans la ville, d’accompagner son évolution et son essor et la doter d’atouts compétitifs que ce soit à l’échelle nationale ou internationale en tant que métropole touristique du Royaume, indique la société missionnée par la ville de Marrakech, Bus City. Les principales préconisations qui découlent du Plan de développement urbain se fixent comme objectifs l’augmentation de l’offre en transport collectif de masse, une restructuration des réseaux de bus, et mise en œuvre de l’intermodalité, une refonte du plan de circulation global de la ville, un programme de mise à niveau de voirie urbaine, la réalisation de quatre lignes de bus à haut niveau de service. C’est dans ce sens que deux lignes de BHNS, Massira et Mhamida ont été effectuées en génie civil, le couloir reliant le quartier Al Massira vers Bab Doukkala a pour sa part été mis en service en 2017 en marge de la COP22 organisée à Marrakech. Pour Bus City, «ces nouvelles lignes de bus à haut niveau de service doivent contribuer à l’amélioration de l’environnement urbain en termes de sécurité, de santé publique, d’efficacité énergétique, de réduction des gaz à effet de serre et de maîtrise de la congestion urbaine».


Développer une offre de transport pour les zones les moins desservies

En termes d’organisation administrative, la préfecture de Marrakech compte la ville de Marrakech, reliée à deux communes urbaines, à savoir la commune urbaine de Méchouar Kasba et la commune urbaine de Marrakech composée de 5 arrondissements. Il s’agit de Marrakech-Médina, Guéliz, Ménara, Ennakhil et Sidi Youssef Ben Ali. Elle compte également 13 communes rurales : Ouled Dlim, Loudaya, Sidi Zouine, Ait Imour, Agfay, Souihla, Saâda et Tassoultanete. La préfecture connaît un accroissement urbain accompagné par une évolution des périmètres urbains incluant les distances entre les différentes zones. Ainsi, certaines villes adjacentes restent non desservies par les bus. Parallèlement, le développement du réseau traditionnel de transports (Grands taxis) ne permet pas de combler la demande en transport.

Nationale

Réduction des GES dans le secteur des transports: Signature du contrat d’exécution du projet de coopération TraCS Maroc

Financé dans le cadre de l’Initiative internationale sur le climat (IKI), par le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, le projet TraCS «Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries» soutient l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays : le Maroc, le Vietnam et le Kenya.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport et logistique : La crise sanitaire, un vecteur de changement

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Entretien avec Alberto Pérez, directeur Général Alsa Maroc

Après un démarrage réussi à Marrakech, en 1999, le leader du transport urbain s’est installé dans 5 autres villes avec l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc. Le point avec Alberto Pérez, directeur général Alsa Maroc.

lematin.ma

Nationale

Agadir : les bus à haut niveau de service seront bientôt une réalité

La première ligne de bus à haut niveau de service est entrée dans la phase finale de sa concrétisation au niveau du secteur prioritaire.

Source : Les ecos

Nationale

Hicham Mellakh : «Il faudrait accélérer l’élaboration du contrat programme du secteur du transport»

Entretien avec Hicham Mellakh, président de la Commission compétitivité logistique et énergétique : "Il est clair que les moments de crise dévoilent les faiblesses. Les enseignements tirés de la pandémie de la Covid-19 vont certainement nous pousser à revoir nos démarches et nos agissements pour renforcer le secteur et le rendre plus résilient".

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport routier de marchandises : Les professionnels se rebiffent contre le gouvernement

La crise sanitaire, qui a engendré des restrictions sur la mobilité, a fortement le secteur du transport routier de marchandises. Plusieurs syndicats ont signifié leur mécontentement en laissant planer un mouvement de grève pour mettre en lumière la dégradation de leur situation économique et aussi le non-respect de la part du gouvernement de nombreux engagements qu’il a pris depuis octobre 2018.

fnh.ma

Nationale

Agence nationale de la sécurité routière : 2020, une première année fort studieuse !

Après la mise en place d’un plan d’action pour la reprise de l’activité des établissements qu’elle supervise, l’Agence nationale de la sécurité routière a tenu son deuxième conseil d’administration. Zoom sur ses grandes priorités.

Source : Les ecos

Nationale

Chichaoua : Le Conseil provincial approuve une convention pour la construction de pistes

Le Conseil provincial de Chichaoua, réuni en session extraordinaire, a approuvé une convention de partenariat relative à la construction et à l’aménagement de pistes dans 15 collectivités territoriales de la province.

Source : Le matin

Internationale

«Innovation Toolbox», un outil digital pour une transformation accélérée des transports

Durant la Semaine de l’innovation, une nouvelle boîte à outils numérique «Innovation Toolbox» a été lancée par l’Agence internationale des énergies renouvelables. Cet outil renferme 30 innovations dans les technologies émergentes, les modèles commerciaux et l’étude de marché. Cet événement virtuel a été consacré au secteur des transports.

lematin.ma

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés