sous la tutelle du:
implémenté par:
facilité par:

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés

Marrakech vise un parc motocyclettes 100% électriques en 2040

International
01/01/2019
Nationale
15/01/2019

Assurer une mobilité durable sobre en carbone. Marrakech relève le défi.  Après l’acquisition des bus électriques alimentés par l’énergie verte, les vélos libre-service, la promotion des voitures électriques, la ville, connue pour son trafic routier essentiellement constitué des deux roues, vient de lancer un projet pilote des motos électriques. 

Près de 20 mille motocycles électriques circuleront sur Marrakech en 2021. Fruit d’un partenariat entre la commune urbaine de Marrakech et le Conseil régional de Marrakech-Safi et la société de transport durable (EMOB), ce projet vise à ériger la ville en un modèle international en matière de mobilité écologique. A l’horizon 2040, la Région Marrakech-Safi souhaite passer à un parc de deux roues 100 % durable.

Une unité de production locale des deux roues électriques sera mise sur pied à l’horizon 2021. Intervenant dans un contexte marqué par le coup d’envoi de la Stratégie nationale de développement durable qui représente un cadre de référence pour toutes les politiques publiques en vue de relever les défis de transition vers l’économie verte, le projet a été lancé suite à une étude de faisabilité réalisée dans le cadre du programme de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. 

La cérémonie de lancement a été organisée en marge du Grand prix de Marrakech des voitures électriques (Formula E). L'occasion pour le Directeur régional de l’environnement de Marrakech-Safi, Nourreddine Brine de fournir quelque chiffre sur le secteur du transport qui contribuerait à hauteur de 14,7 % dans les émissions des gaz à effet de serre, ce qui a poussé le secrétariat d’Etat à l’inscrire parmi les priorités de la Stratégie nationale de développement durable.

La transition vers ce concept de mobilité durable offre également de grandes perspectives économiques dont le renforcement de l’attractivité d’investisseurs et industriels spécialisés en construction automobiles/motos, la création d’emplois grâce à l’installation des entreprises et prestataires de services innovants du secteur énergétique, et l’opportunité de drainer un financement international dans le cadre des efforts d’atténuation des émissions des gaz à effet de serre et du transfert technologique.