International
01/01/2019
Internationale

Oslo élimine les parkings pour voitures en centre-ville

À partir de 2019, l’utilisation de véhicules sera restreinte au niveau du centre ville de la capitale norvégienne, conformément à la tendance mondiale consistant à rendre les destinations touristiques populaires plus accessibles aux piétons.

 

Si vous conduisez une voiture dans le centre-ville d’Oslo le mois prochain, vous ne devriez pas vous y attarder: il n’y aura pas de places de stationnement.

La capitale norvégienne est en train de supprimer les 700 places de stationnement restantes dans son centre-ville, dans le cadre de son plan visant à transformer le quartier en une zone sans voiture.

"Nous faisons cela pour rendre la rue aux gens", a déclaré Hanna Elise Marcussen, vice-maire d'Oslo chargée du Développement urbain, lors d'un récent entretien téléphonique. “Et bien sûr, c’est écologique”. (Ce pays scandinave, récemment reconnu comme l’un des pays les plus écologiquement progressistes au monde, envisage de devenir neutre en carbone d’ici 2030 et d’arrêter la vente de voitures à carburant fossile d’ici 2025.)

Et ce n’est pas seulement Oslo qui détourne les chauffeurs. Les destinations touristiques les plus populaires dans le monde retirent les voitures des zones à trafic intense afin de réduire les embouteillages, réduire la pollution et rendre les rues plus accueillantes pour les cyclistes et les piétons.


 

Le mois dernier, Madrid a restreint l'accès des véhicules privés aux non-résidents dans son centre-ville. Quelques semaines plus tôt, Londres avait mis en place un plan visant à interdire les voitures de nombreuses routes de son centre financier, poursuivant ainsi son plan de lutte contre la pollution à long terme. Et Paris, Athènes et Mexico tentent d’interdire les voitures diesel dans leur centre-ville d’ici 2025. (En 2016, lorsque Paris a interdit les voitures pour la journée, la ville a enregistré une réduction de 25% du dioxyde d’azote et de 20% du bruit. )

À Oslo, le projet de suppression des voitures de la ville a été lancé en 2015 lorsqu'une coalition de partis politiques progressistes a réclamé un centre-ville sans véhicules. Des projets similaires ont rencontré de la résistance dans des endroits comme Dublin, où des responsables locaux ont proposé d’élargir la zone piétonne de cette ville, et Barcelone. Même à Oslo, soucieux de l’écologie, ce n’était pas facile.

"Il y a eu pas mal de débats publics, beaucoup de controverses, et il a été assez difficile de le faire d'une manière que les entreprises et les citoyens puissent accepter", a déclaré Mme Marcussen.

La plus forte opposition est venue des propriétaires d’entreprises locales qui craignaient que moins de voitures signifie moins de clients. La ville a donc proposé un compromis: au lieu d'une interdiction totale, elle adopterait des réglementations autorisant le moins de véhicules possible dans le centre-ville. La ville a désigné certaines rues réservées aux piétons ou aux transports en commun, restreint la capacité des non-résidents de traverser le centre et a supprimé des centaines de places de stationnement des rues de la ville tout en créant des places de stationnement réservées aux personnes handicapées et aux entreprises nécessitant une voiture.

Oslo espère être un modèle pour les autres villes qui cherchent à restreindre les voitures dans les zones densément peuplées, a déclaré Mme Marcussen, ajoutant que la politique semblerait bientôt évidente.

 

“Il y a quelques décennies, il était parfaitement normal de fumer des cigarettes à l'intérieur”, a déclaré Mme Marcussen. “Aujourd'hui, très peu de gens feraient ça. Je pense que c’est la même chose avec les voitures dans le centre-ville. Un jour, nous nous pencherons sur le passé et nous nous demanderons pourquoi nous pensions que c'était une bonne idée.”

​​

Traduit de l’anglais à partir de :

https://www.nytimes.com/2018/12/19/travel/oslo-restricts-cars-in-city-center.html

Nationale

Réduction des GES dans le secteur des transports: Signature du contrat d’exécution du projet de coopération TraCS Maroc

Financé dans le cadre de l’Initiative internationale sur le climat (IKI), par le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, le projet TraCS «Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries» soutient l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays : le Maroc, le Vietnam et le Kenya.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport et logistique : La crise sanitaire, un vecteur de changement

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques.

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Entretien avec Alberto Pérez, directeur Général Alsa Maroc

Après un démarrage réussi à Marrakech, en 1999, le leader du transport urbain s’est installé dans 5 autres villes avec l’ambition de contribuer au développement économique et social du Maroc. Le point avec Alberto Pérez, directeur général Alsa Maroc.

lematin.ma

Nationale

Agadir : les bus à haut niveau de service seront bientôt une réalité

La première ligne de bus à haut niveau de service est entrée dans la phase finale de sa concrétisation au niveau du secteur prioritaire.

Source : Les ecos

Nationale

Hicham Mellakh : «Il faudrait accélérer l’élaboration du contrat programme du secteur du transport»

Entretien avec Hicham Mellakh, président de la Commission compétitivité logistique et énergétique : "Il est clair que les moments de crise dévoilent les faiblesses. Les enseignements tirés de la pandémie de la Covid-19 vont certainement nous pousser à revoir nos démarches et nos agissements pour renforcer le secteur et le rendre plus résilient".

Source : Aujourd'hui.ma

Nationale

Transport routier de marchandises : Les professionnels se rebiffent contre le gouvernement

La crise sanitaire, qui a engendré des restrictions sur la mobilité, a fortement le secteur du transport routier de marchandises. Plusieurs syndicats ont signifié leur mécontentement en laissant planer un mouvement de grève pour mettre en lumière la dégradation de leur situation économique et aussi le non-respect de la part du gouvernement de nombreux engagements qu’il a pris depuis octobre 2018.

fnh.ma

Nationale

Agence nationale de la sécurité routière : 2020, une première année fort studieuse !

Après la mise en place d’un plan d’action pour la reprise de l’activité des établissements qu’elle supervise, l’Agence nationale de la sécurité routière a tenu son deuxième conseil d’administration. Zoom sur ses grandes priorités.

Source : Les ecos

Nationale

Chichaoua : Le Conseil provincial approuve une convention pour la construction de pistes

Le Conseil provincial de Chichaoua, réuni en session extraordinaire, a approuvé une convention de partenariat relative à la construction et à l’aménagement de pistes dans 15 collectivités territoriales de la province.

Source : Le matin

Internationale

«Innovation Toolbox», un outil digital pour une transformation accélérée des transports

Durant la Semaine de l’innovation, une nouvelle boîte à outils numérique «Innovation Toolbox» a été lancée par l’Agence internationale des énergies renouvelables. Cet outil renferme 30 innovations dans les technologies émergentes, les modèles commerciaux et l’étude de marché. Cet événement virtuel a été consacré au secteur des transports.

lematin.ma

sous la tutelle du:
en partenariat avec:
soutenu par:
facilité par:
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 pmd.ma | Tous droits réservés